2012
6
déc

Basées sur un principe d’économie non marchande, les zones de gratuité fleurissent dans le monde. En France, quelques initiatives voient le jour et permettent de se procurer objets, vêtements et même de la nourriture sans débourser un sou. Suivez le guide.

Les gratiférias : des marchés gratuits

Les personnes désireuses de se dessaisir d’objets dont ils n’ont plus l’utilité installent un stand sur ces marchés d’un genre nouveau. Le but ? Donner des objets sans attendre de rétribution, ni faire de troc. L’avantage est de pouvoir, d’un côté, se débarrasser de choses qui encombrent caves et greniers tout en faisant, de l’autre, plaisir à quelqu’un qui en a besoin. Pour avoir connaissance de ces marchés, gardez un œil sur les affiches dans la rue et dans les centres sociaux de votre quartier ou de votre ville.

La cueillette de légumes dans la rue

Cette timide initiative voit le jour devant les maisons et immeubles. Quelqu’un plante des légumes dans un bac devant chez lui et appose une petite pancarte indiquant que la nourriture est à partager. L’idée est bien sûr de ne pas y faire votre marché hebdomadaire, mais de participer à une démarche responsable et autonome. Si vous prenez quelques légumes à l’occasion, pourquoi ne pas planter vous-même quelques brins de persil en bas de chez vous pour les passants ou vos voisins ?

Les zones de gratuité sur le net

Même principe que les gratiférias mais sur le web cette fois. Vous vous inscrivez sur un site comme freecycle.org ou recupe.net, et scrutez les affaires. Vêtements, meubles, électroménager, objets de décoration, de jardinage,… On y trouve de tout ! Et quand vous avez un objet en trop, à vous de le proposer aux autres internautes.